Sur le RING

Patrick Timsit VS William Klein à propos de Dieudonné [France 2]
11/09/2010 - LES PAGES ROUGES

Toutes les réactions (4)

1. 11/09/2010 22:06 - Bastiat

BastiatLa communauté juive est soumise à l'épreuve comme la communauté musulmane. Il est tellement intéressant de voir un juif américain s'opposer à des juifs français sur le plan de la liberté d'expression. Qu'il est intéressant aussi d'observer Timsit, le présentateur et Finkie se tordre sur leur siège comme lorsqu'un ami d'un pays lointain bouleverse les monotones soirées entre parisiens quand il parle vrai.

Plus ces gens joueront les Père la morale, plus je serai tenté de leur faire des croches-pattes. Si la morale est au-dessus de l'art je ne laisserai pas des branleurs pareils me dicter la leur.

Fuck Dieudo.

2. 12/09/2010 16:21 - ferdinand

ferdinandTimsit est grotesque . Grotesque dans cette émission ci et sa comparaison avec Hitler , ou dans une autre qui me revient en mémoire ou il s'empétrait dans ses soi disantes insolences politiquement incorrectes . Dans l'émission en question , quelqu'un se faisant passer pour Michel Petrucciani lui faisait savoir son mécontentement par téléphone interposé à propos d'un sketch ou il avait ricané de son physique et l'avait comparé si je me souviens bien à un mollusque. L'animateur voyant Timsit blanc comme un linge lui avouait le canular . Après un ouf de soulagement ( qui n'a pas été poussé mais qu'on a bien entendu ) celui ci avait repris du poil de la bète en jouant l'artiste outragé qui a le droit de rire de tout mème des handicapés.

3. 18/09/2010 09:17 - Nyarlathotep

Nyarlathotep"Peut-on rire de tout? Peut-on rire avec tout le monde? A la première question, je répondrai oui sans hésiter… A la deuxième question… je répondrai: c’est dur."

Pierre Desproges

4. 20/10/2010 02:14 - nico

nicoIl y a donc des malaises savoureux. Ce sentiment est une découverte pour moi.
Le malaise palpable sur le plateau, qui tournoie, s'écarte, revient, s'intensifie, contient une palette de saveurs qui reste quelques instants dans le fond ouaté de mon crâne.
Le présentateur balaye l'air de la main, comme pour chasser la mauvaise haleine émise par la simple évocation du nom Dieudonné.
Dieudo le proscrit, Dieudo le bannit, haït avec une telle vigueur qu'un comique de seconde zone se hâte (avec un H comme dans Haricot) d'amener la comparaison entre ses sketchs et les toiles du Führer.
Chacun tente de se contenir, mais ne pige rien à ce que dit le Ricain feuj.
Ce monsieur a du mal entendre se disent-ils; d'ailleurs le comique à la petite semaine le lui dit: monsieur, renseignez-vous, lisez les fiches que les RG compilent et impriment.
Mais le parisien d'adoption persiste: si, si, il est drôle.
Ouais, il est drôle, mais pas pour tout le monde.
Prononcez "Dieudonné" lors d'une soirée mondaine ou non et vous verrez l'hystérie naître et se propager, vous serez aux premières loges pour sentir monter le déferlement de haine, vous observerez l'affolement explicite des tachycardies.
Un plateau de télé se contente d'un malaise squameux en guise d'ambiance générale et d'une boulette de détestation purulente envoyée par un comique de l'infirmité des autres, mais en soirée, le thème est riche à faire exploser toutes les bulles de ressentiment contenu.
Dieudo est un défouloir en or massif pour le bourgeois consensuel et l'acolyte conformiste de l'empire du Bien.
En d'autres temps, la place qu'il occupe actuellement se serait nommé par son nom véritable: celle d'animal sacrificiel et expiatoire.

réagissez, commentez, publiez, vous êtes sur le ring



Veuillez saisir le code Anti-Robot, ce code sert à vérifier que vous n'êtes pas un Robot.