Sur le RING

Ce soir ou jamais - Quand les musées refusaient Basquiat
20/10/2010 - CULTURISME

Toutes les réactions (26)

1. 20/10/2010 12:54 - Seb

SebMais qu'est-ce qu'ils nous font chier avec Basquiat! Un mec qui peint comme un gamin de 6ans.
S'il avait été un gentil bourgeois new yorkais on en aurait pas fait tout un plat.

2. 20/10/2010 20:19 - bluenote

bluenoteEt ils avaient raison.

3. 20/10/2010 20:38 - Nyarlathotep

NyarlathotepQuel con ce Rodriguez! Geluck aussi est un con.

4. 21/10/2010 02:10 - kim

kim@Seb, mais Basquiat etait un gentil bourgeois new yorkais, avec des idees brillantes, il avait deja tout compris a l'imposture hippie, il avait tout aussi compris l'imposture du capitalisme de l'art, il fusionait l'art Punk et l'art Hip Hop...Il faisait ce que Dantec faisait a l'epoque avec "Etat d'Urgence" son groupe Post-Punk. Il faisait ce que Johnny Lyndon faisait avec PIL, la fusion entre l'art noir et l'art europeen, de l'art radicale. Revoyez les interviews de Johnny Lyndon a l'epoque de PIL (Public Image Limited) sur Youtube et comparez les aux videos de Baquiat, c'est la meme problematique entre l'art, le commerce de l'art, la starmania, la presse (le concept du magazine), le post-racialisme. Il faut le remettre dans son contexte avec Talking heads, Blondie, Afrika Bambatta, Warhole, Actuel et l'Underground new yorkais. Basquiat etait un artiste du Post-Punk, de l'esthetique des annees 80, ou il fallait remettre en cause les Situationistes, le discour du terrorisme d'Extreme Gauche, la gethoisation du Multiculturalisme naissant, le neo-capitalisme deconnecte, le gauchisme infantilisant et racialiste. Il a joue avec toutes ses problematiques, vendu son image d'artiste "noir" avec une ambiguite fantastique, il n'y a d'ailleur que les gros naifs comme Rodriguez pour ne pas voir ca comme un coup monte par l'artiste.

Enrico Navarra est brillant, il a effectivement tout compris a Basquiat, dommage qu'il n'ai pas eu le temps de demonter l'oeuvre de Basquiat et la remettre a sa juste valeur, cad une reponse au Hip-hop, au graffiti, au Pop Art, au Punk.

Rodriguez est un sombre imbecile, et un marchand en promotion, soit il a pris le "jeu" de Basquiat, son coup monte contre le monde de l'art pour une espece de combat romantique soit c'est un sombre cynique venu vendre sa soupe. Il est possible que Rodriguez recupere d'ailleur le mythe pour en faire son machin, son buisness, fusionant le buzz Obama avec Basquiat. Pour ma part je pense que c'est un cretin, qui n'a toujours pas compris New York, les annees 80, le monde de l'art et l'intelligence de Basquiat.
Il faut se mefier des groupies hysteriques.

5. 21/10/2010 10:48 - Seb

SebKim, peut-etre qu'il y avait tout plein d'idéologies visionnaires qui ressortaient de ses peintures. Ou peut-etre pas. Vu la qualité de ses oeuvres permets-moi d'en douter, années 80 ou pas.
Et très franchement j'ai bcp de mal à le comparer aux véritables artistes (musiciens) que tu mentionnes. A la limite j'accepte la comparaison avec Lyndon mais les autres avaient un minimum de talent.
Que l'on encense le mec pour ses idées visionnaires, ses prises de position, pas de problème, mais qu'on ne vienne pas me faire croire qu'il était un grand artiste. C'est trop gros pour moi.

6. 21/10/2010 10:54 - Seb

SebD'ailleurs je pense que c'est exactement ce qu'il voulait : se foutre de la gueule du monde pendant que certains criaient à l'Artiste.

7. 21/10/2010 12:28 - kim

kimCher Seb,
C'est quoi un grand artiste du 20eme siecle pour vous? Pouvez vous me citer un peintre, un architecte, un sculpteur du 20eme siecle?

8. 21/10/2010 12:36 - Kim

KimJe vais faire d'une pierre 2 coups : Bauhaus.
Le courant artistique réellement visionnaire et l'excellent groupe dark/post-punk eponyme.

9. 21/10/2010 16:44 - ferdinand

ferdinandKim Et allons-y pour la falsification historique et l'impérialisme culturel. Comme d'habitude il n' y a de novateur , émancipateur voire révolutionnaire que le rock ( ici dans sa dernière mue soi disant radicale : le punk ) . Ainsi vous dites que Johnny Lydon avait compris qu'il fallait fusionner l'art noir et européen , le moins qu'on puisse dire c'est que le type était un sacré visionnaire vu que Picasso l' avait fait picturalement et Duke Ellington musicalement , tous les deux environ cinquante ans plus tot. Sinon quand Basquiat peignait, il écoutait " Kind of blue ", un disque de son idole Miles Davis, vous savez celui qui jouait dos au public pour bien montrer son cul aux petits blancs qui croient avoir tout inventé.

10. 21/10/2010 22:46 - kim

kimFerdinand, je n'ai jamais parler d'imperialisme culturel, j'ai parle de fusion des radicalismes du debut des annees 80 dans l'art. L'art en lui meme se nourrit des dialgogues entres les differentes esthetiques locales et globales. Sinon comment expliquer par exemple les differences entre les gothiques europeens? Le gothique espagnole avec ses murs exterieurs austeres et son interieur plus que flamboyant...le gothique etant par nature une invention Francaise qui s'est propagee en Europe.
Il y a eu de tout temps des fusions de genres, de styles en musique, vous avez raison Duke, Elvis, Chuck Berry, Coltrane, Bach, Mahler, et recement Richard D. James.

La difference avec Jonny Lydon, dans le post-punk naissant c'est qu'il ne fut absolument pas naif sur le monde commercial et spectucularise dans lequel il pratiquait. Le discour pre-obamatre, hippie de Sly and the Family Stone, de War, ou bien des activistes racialistes des Black Panther, ou de Mingus et Miles se sont effondres avec les emeutes de Los Angeles du milieu des annees 70's.
Je dis bien que l'art de Basquiat est nee apres tout cela, il en joue, mais les depasse aussi, en les exploitant a son profit, il vampirise ces discours, mais sait que le racialisme pro-black est devenu une coquille marchande.
A part cela, je soutient toujours que c'est un excellent peintre.

@ Seb, le Bauhaus, je veux bien mais pouvez vous me citer le nom d'un seul des professeurs du Bauhaus qui vous ait plu et pourquoi? Entre nous, le Bauhaus, c'est un peu vieillot...l'esthtique de la Machine, on a vu ce que l'apres guerre en a fait...

11. 22/10/2010 01:12 - kim

kimOk, on va couper court a cette discussion qui ne vaut pas un centime.
Rappelle a ceux qui n'ont pas lu une seule fois un traite d'art ou qui n'ont aucune notion de l'histoire de l'art ou meme des enjeux esthetiques donc ethiques, formel et productif du 20eme siecle:
Basquiat est le dernier peintre Moderne, apres lui la tradition picturalle occidentale (parceque contrairement a ce que Rodriguez le pense, Basquiat est un peintre de tradition occidental) s'est enlisee dans 30 annees de post modernisme, d'art flirtant avec la complaisance des marchands en communication, en France!!! Je dis bien en France, parceque l'on continue de peindre encore ailleur sur la planete.
Alors entre les post-humanistes Stelarc, ou Orland dont l'art est pour moi non pas une imposture mais une celebration de l'eugenisme et d'une societe future effrayante (Houellebecq est d'ailleur un antidote contre Orland), je prefere encore Basquiat, ou James Turrell. Desole mais il faut remettre les choses a leur place, dans leur contexte et cesser de croire que les artistes sont des grandes folles romantiques ou des imposteurs.

La litterature ce n'est pas que Marc Levy, la philosophie ce n'est pas BHL, et l'Art Moderne ou Contemporain ce n'est pas que Murakami ou Jeff Koons...

Pour conclure Le meilleur passage de cette video est celui de Paul Virilio, il va y avoir effectivement un eclatement de la bulle financiere artistique, le marche de l'art va s'effondrer. Comme il y a eu un effondrement de la bulle digitale en architecture et en urbanisme avec l'interruption de 2 decades de projets de villes totalement ecologiques, de projets d'environements artificiels et d'astroports.
On va assister bientot a la fin d'un cycle.

12. 22/10/2010 12:52 - Patrice

PatriceJe ne connais rien à l'art et je n'aime pas ce que fait Basquiat. Ca ne me touche pas.
C'est juste laid.

13. 22/10/2010 13:12 - Patrice

Patrice...et Je donne mon avis sur internet parce que Je pense que c'est important que les gens sachent que Je n'aime pas Basquiat.

14. 22/10/2010 14:27 - Patrice

PatriceC'est ca le web 2.0

15. 22/10/2010 14:47 - Patrice

PatriceBac plus 2 les enfants...

16. 22/10/2010 17:25 - Kim

KimFaudrait que je me trouve un mec quand meme, ca commence à ressembler à une toile de Basquiat là-dessous.

17. 23/10/2010 08:30 - Christian H

Christian HMiles jouait dos au public car il écoutait ses musiciens ... Rien à voir avec la couleur de peau du public!

18. 23/10/2010 11:57 - kim

kimBa Patrice, va t'acheter un livre, c'est pas cher...Tu sais, Elie Faure, "Histoire de l'art"...Si ca chauffre trop sous la casquette, c'est pas grave, tu peux regarder les images.

Yep, Merci Christian H, effectivement Miles fut aussi l'un des premiers musicien de Jazz a integre un blanc dans son orchestre, et on le lui reprocha. Le blanc en question, c'etait Bill Evans...
Merci Seb, tu pourrais signer sous ton nom, au lieu de prendre mon pseudo. Je suis plutot porte sur les jolies rouquines polonaises...

19. 23/10/2010 17:15 - ferdinand

ferdinandChristian H Ce qui tendrait a conclure que Dizzy, Lester, Dolphy , Trane ou Bird entre autres n'en avait rien à cirer d' écouter leurs musiciens puisqu'il jouaient normalement face au public ? L' orgueuilleux et lucide Miles Davis refusait les régles de l'entertainment blanc et sa hantise de devenir comme Armstrong ( qu'il considérait plus ou moins comme un oncle Tom , nonobstant sa profonde admiration pour celui qui a inventé le Jazz ) le poussait à adopter cette posture scénique radicale , ce en quoi je suis parfaitement en droit de dire que métaphoriquement il montrait son cul aux blancs. Kim Les émeutes n'ont pas commencé dans les années 70 ( réécoutez Zappa dans les années soixante " Trouble everyday " ) et ni Mingus trop méfiant ni Miles Davis trop individualiste et dandy pour ça n' ont jamais eu d'activité racialiste ou autre . Certains musiciens dans la mouvance du free-jazz ont si l'on peut dire " politisé " leur musique ( Archie Shepp, Art Ensemble of Chicago ) ce qui est pour moi redondant car les jazzmen ont toujours été politiques dans leur manière d'ètre . La mixité raciale des orchestres , l' affirmation d'un intellectualisme non inféodé , l'invention de ses propres codes vestimentaires et langagiers , la liberté de moeurs et la sulfureuse aura qui entourait les musiciens ( le Rock offrira de tout cela une pale imitation tout en remplissant les tiroirs-caisses ou comment l'art devient de la culture et l'or du plomb grace aux idiots utiles qu'on appelle les fans ) tout cela ne plaisait guère dans l'Amérique profonde et il fallait autrement plus de cran pour ètre un be-bopper dans l'amérique raciste des années quarante que porter une épingle à nourrice et une iroquoise à Picadilly Circus dans les seventies. Quand Mingus sort son brulot " Fables of Faubus " ou il ridiculise le gouverneur de l'Arkansas qui refusait l'accés des écoles aux enfants noirs il risque tout simplement sa peau , on est loin des provocations calculées de Malcolm Mac Laren et ses Sex Pistols occupés à choquer le bourgeois tout en se ménageant une porte de sortie morale " the great rock'n roll swindle ".

20. 23/10/2010 19:27 - kim

kim@ Ferdinand,
Vous avez raison sur le jazz et son influence, neanmoins vous oubliez de rappeller le parrallelisme entre la peinture de l'Action-painting et du Be-bop, et plus tart le Free-Jazz et Fluxus. Miles et Mingus faisaient des concours d'insulltes racistes a l'epoque de Malcom X dans la presse (c'est dans la biographie de Quincy Troope). Mais encore, ce n'etait pas vraiement serieux, puisque chacun avaient des musiciens blancs dans leur formations et n'ont jamais cesser d'en avoir (Keith Jarrett, Mac Laughlin, Gerry Mullingan...).
Johnny Lydon n'a jamais cache que le punk des origines etaient un coup monte artistique. Il a d'ailleur toujours prefere PIL, qui est artistiquement plus epais. Vous semblez ignorer que les rockers des annees 60, je parle ici du rock-garage (The Sonics entre autres) etaient aussi pourchasses au fusil pendant leur tournees... Mais on ne va pas faire un concours, on sait tout les 2 qu'il y a Jazz, Rock, soupe et Diane Krall.
Pour ma part je pense que Juan Atkins a fait bien plus (que le Punk) a l'epoque et peut etre aisement qualifie de genie au meme titre que Charlie Parler avec le Be-bop, dans la quasi indifference du monde: Inventer une fusion de Kratwerk et Afrika Bambaata, la Techno. Inventer la musique des machines, re-inventer une economie de la musique, re-inventer une esthetique de l'instrumentation, re-inventer la performance live.

21. 24/10/2010 16:46 - ferdinand

ferdinandKim
Je ne connais pas ce Juan Atkins mais j'apprends qu'il a été influencé par Funkadelic ce qui est bon signe . Si vous ne le connaissez déja , jetez une oreille sur un morceau fabuleux de Miles qui s'appelle " Rated x " et qui date de 1974 ( album " Get up with it " ) un des rares ou il ne joue pas une note de trompette et se contente de plaquer des accords grinçants sur un orgue avec derrière lui une rythmique de vaudou. Miles avait au bas mot 20 ans d'avance sur des mouvements comme la house , le trip hop et la techno . Un autre jazzman précurseur du son futuriste , Sun Ra a sorti en 1978 une tuerie qui s'appelle " Disco 3000 " ou il triture son Moog pour en faire sortir des cascades de sons hypnotiques ( Aphex Twin a surement beaucoup écouté Sun Ra ) . Les recherches sur le son de ces deux génies allaient de pair avec un gros travail sur le rythme ( à ce niveau là on peut parler de science du rythme ). C'est le reproche que je fais à la techno en général : une platitude rythmique . Quand elle a vocation à faire danser on est plus près du disco que de James Brown autre " scientifique " du rythme et quand elle a des prétentions artistiques on est dans la fascination morbide pour les machines et les rythmes martiaux ( qu'ils écoutent Varése et le digèrent comme Frank Zappa l'a fait ).

22. 25/10/2010 02:03 - kim

kimMerci Ferdinand, je connais cette periode de Miles Davis, j'ai d'ailleur toutes les sessions de cette periode, dont le fameux coffret On the Corner, the complete session. Rated X est effectivement un morceau assez irritant, entre l'orgue de Miles et la rythmique de plomb. Je prefere d'ailleur sur le meme album, le morceau dedie a Duke "He Loved him maddly", un vrai Requiem a compare a celui de Mozart.
Le point commun entre Richard D james, Juan Atkins, Carl Cox, Autechre (que vous aimeriez forcement) ou meme Matthew Herbert et pourquoi pas Frank Zappa, c'est leurs tres grande ouverture musicale qui va du Jazz, a la musique contemporaine, de Stochausen, a Ligetti (Dantec est un grand fan) jusqu'a Iannis Xenakis.
Pour la recherche rythmique, je suis en partie d'accord avec vous, et je pense d'ailleur que les artistes technos actuels sont justement en train d'orienter leur oeuvres sur la polyrythmie. On le voit avec Autechre et Richard D James depuis 10 ans, d'ou le fait que la vraie techno soit redevenue underground. Cependant il ne faut jamais oublie que la techno (musique futuriste noire), aux USA est dancee principalement par des Noirs, comme le fut le blues, ou le jazz, c'est une musique bien plus en phase que le Rap, avec la realite contemporaine que ne voudrait l'assumer l'industrie de la Soupe-Musicale, et meme les critiques musicaux europeens. Personnellement je prefere danser sur de la vraie techno, dans une soiree sauvage, plutot que sur du James Brown, meme si j'adore. C'est une question de contexte, James Brown, Miles, Dj Red Alert, Public Ennemy, c'est bien entre amis connaisseurs comme un bon vieux vin, avec la nostalgie des vieux combats ou des anciennes splendeurs, mais la vraie techno, c'est le fond des intestins de la ville actuel, c'est beaucoup plus organiquement lie avec la realite contemporaine.
C'est une des raisons pour laquelle je ne peux plus supporter Paris, vivre dans un musee, dans l'etouffement de la Culture est trop oppressant, surtout quand j'ai a ma droite des Patrice ou des Seb et a ma gauche des agents en communication, me vendant de la Culture facon Telerama. Les Patrice et les Seb se ferment aux grandeurs passees ou meme actuelles, sous pretexte que la Culture soit devenue une arme d'oppression sociale, de conditionenement post-moderne. Mais la Culture ce n'est pas seulement des choses mortes, ce n'est pas seulement des objets ou des sujets de consomations ou de conversations, mais des munitions pour affronter les realites contemporaines.

Ma these est que les univers artistiques se fecondent, il y a des correspondances entre chacuns. Rien de nouveau bien sur, puisque cette these assez classique etait aussi soutenu par Elie Faure, le Cinema, la musique (populaire ou non), la peinture, l'architecture, la litterature, et bien d'autres, tous sont lies ensemble par des modes de pensees paralleles, ou meme des modes formels analoghues et chacun influence l'autre.

Les partitions de Iannis Xenakisde 1959 (Syrmos) par exemple sont etudiees par une partie du monde architecturale contemporain, lie a l'architecture digitale etudiant la morphogenese. Houellebecq s'interesse a la biologie, Dantec a la philosphie et a la genetique.

Ainsi croire que Basquiat est un gribouilleur ou juste un escroc post-moderne est une erreur d'evaluation, comme faire passer Basquiat pour une enieme victime du racisme marchand. Il appartient a une tradition (l'Expressionisme), qui a eu une signification a un moment donne, et il redeviendra d'actualite dans peut etre 20 ans, pour d'autre raisons.

23. 25/10/2010 19:56 - Seb

SebSalut ma beauté,
Non la culture moderne ou passée ne m'oppresse pas socialement et à vrai dire que Basquiat est existé ou pas je m'en balance et ca n'a aucun impact sur mon existence. Par contre s'est vrai qu'il m'oppresse artistiquement, je dois d'ailleurs être qq'un de trop banal pour pouvoir apprécier son talent. Malheureusement, simple que je suis je ne saurais reconnaitre un étron lambda d'un étron pondu par le Saint-Père lui-meme. C'est peut-etre là toute notre différence.
Par contre je veux bien que tu m'envoies des photos de noirs américains dansant la techno. Je ne sais pas d'où tu sors cette info mais tu as éveillé ma curiosité.
Embrasse ton amie polonaise de ma part aussi stp.

24. 25/10/2010 20:10 - Seb

SebJ'oubliais, si tu préfères être organiquement liée à la réalité contemporaine plutot que d'apprécier un bon vieux vin avec la nostalgie de tes vieux combats (que tu n'as pas connu qu'à travers tes petits bouquins et compactes disques), je te conseille le dernier Garou "gentleman cambrioleur" reprenant Dutronc.
Une pure merveille post-moderne. Tu devrais apprécier.

25. 30/10/2010 22:41 - caone

caoneseb ferme ta bouche tu connait rien a l art ,va regardé la star ac clochard

26. 01/01/2011 14:27 - zatathousta

zatathousta vous ne vous etes jamais demandés si à la base de tous ces "mythes" et engouements auxquels tant de pseudo amateurs d'art sucombent (ca fait "bien" sans doute d'apprecier Basquiat) il n'y a qu une speculation du marché de l'art : Ulterieure preuve les baskets basquiat........
Tout ca ne vaut rien et ne me touche nullement . Il doit bien riosler dans sa tombe

réagissez, commentez, publiez, vous êtes sur le ring



Veuillez saisir le code Anti-Robot, ce code sert à vérifier que vous n'êtes pas un Robot.