Sur le RING

"On ne naît pas raciste, on le devient" [clash RMC infos talk sport]
15/08/2010 - LES PAGES ROUGES

Toutes les réactions (7)

1. 13/08/2010 20:06 - blue velvet

blue velvetLes raclements de george du journaleux sont éloquentes.
Selon lui les quartiers sont habités par des imbéciles,des délinquants,des mal-élévés,mais surtout pas par des magrebins et des africains!
Un morceaux d'anthologie.


2. 13/08/2010 22:14 - Ligre

LigreToujours la confusion entre xénophobie, parfois justifiée, et le racisme, infondé voire criminel monstrueux. Effectivement la bêtise et la méchanceté n'ont pas de rapports avec l'origine nationale ou ethnique mais force est de constater l'échec de l'intégration et son refus de plus en plus manifeste par une population installée ou qui déboule encore. Tous ces gens, les" idiots et les méchants", peuvent retourner vivre dans leur pays d'origine, là où ils ont leurs racines, là où on ne les distinguera pas -pour ne pas dire discriminer-, et ils verront si la France est le pays sur lequel ils peuvent dégueuler leur "misère", leur caractère de victimes ou de descendants de victimes et tout ce discours idéologique bien huilé qui suinte partout depuis des années. Les racistes sont malheureusement de plus en plus ceux qui se présentent comme ses victimes.
La situation ne s'améliore pas, c'est certain, et peu de signes se présentent annonciateurs de temps meilleurs.
Être juste et rigoureux dans les actes: tout ce qui fait défaut dans la politique du "musclé" défaillant de l'Élysée et du Gouvernement: des paroles, quelques gesticulations; rien, hélas, ne mérite d'être qualifié de courage politique, d'audace et de vision. A force de vouloir préserver la paix sociale on se laisse ronger par l'engeance dont chacun, avec un peu de bon sens, d'éducation et de culture, peu déplorer la force grandissante, ne serait ce que sur le plan démographique. La France qui germe... je m'interroge. Inquiet, pour le moins.

3. 14/08/2010 15:56 - COB

COBD'accord avec Ligre. 30 années d'inconséquences, de mensonges et lâcheté vont mener à la guerre civile si ça continue. A force de faire semblant que le problème n'existe pas, les élites bien pensantes vont voir le problème leur exploser à la gueule. Et là... Ce sont - comme toujours - les blancs et beurs du peuple qui vont trinquer.

4. 14/08/2010 16:39 - ferdinand

ferdinandLa confusion entre trouille de l'autre (xénophobie) et revendication de la supériorité de sa race ( racisme) est entretenue pour les besoins de la rhétorique du genre " relents nauséabonds du passé " ou " les heures les plus sombres de notre histoire " . La culpabilisation rétro-active est si forte dans ce pays qu'un citoyen à force d'ètre méprisé en arrive à s'auto-accuser d'ètre raciste.

5. 15/08/2010 12:04 - BeM

BeMC'est là tout l'effet pervers de l'idéologie antiraciste des dernières décennies, portée par les associations antiracistes. Cela dit la xénophobie n'est pas que "la peur de l'autre", elle est conséquemment son rejet. Ce rejet, dans la pensée ou dans les actes, peut-être légitime ou non. Dans le cas de ceux qui subissent quotidiennement incivilités et délinquance en banlieue, cette xénophobie est parfaitement compréhensible. Mais il est en effet déplorable que cet auditeur, xénophobe à bon droit, se désigne comme raciste. Car le racisme est plus complexe, il donne pour essence à une population revêtant communément certains caractères des comportements invariants, dans notre cas l'incivilité ; la délinquance ; le refus manifeste de s'intégrer. D'où une possible hiérarchisation des races selon leurs essences respectives. Or je ne crois pas que cet auditeur en soit arrivé là.

Cela dit il faut bien se rendre à l'évidence, il est vrai que ce sont toujours les mêmes qui emmerdent les bonnes gens. Il faut cependant circonstancier une telle considération pour ne pas tomber dans l'essentialisme infondé : il est nécessaire de prendre en compte la politique française en matière d'immigration et d'assimilation, le cadre spatial dans lequel la racaille sévit le plus (les banlieues). De là on comprend bien que la solution est moins le coup de Kärcher qu'une politique volontariste en matière de politique nationale, pour restaurer une cohésion au sein du peuple, empêcher le communautarisme. Or que fait Sarkozy? Rien d'effectif, sinon pour lui : instrumentaliser cette cause à des fins électoralistes. A ce propos, l'article de J.-F. Kahn est une véritable perle pour comprendre le fonctionnement du président de la République.

C'est en venant à cette question cruciale pour notre pays que notre président en devient encore plus décevant. Souvenez vous de son magnifique slogan de campagne : "Ensemble, tout devient possible". Cette promesse qui vaut pour toutes, il ne l'a jamais tenue. Jamais il n'a su rassembler les français, jamais rien n'a été aussi impossible. Peut-être a-t-il oublié qu'il était Président de la République française et non du Monde? En effet on ne pourra pas lui reprocher de ne pas s'être démené sur la scène internationale pour rassembler les chefs d'Etats étrangers en faveur de nos finances. Mais l'économie n'est rien sans la nation, sans un peuple uni. Il serait grand temps qu'il reprenne la place qui est la sienne, et non pas celle de président du Monde.

6. 15/08/2010 19:33 - Ligre

LigreEntièrement d'accord avec BeM. La confusion dans le sens des mots sert aussi d'écran de fumée pour ceux, nombreux, qui ont une culture limitée. Et cela aussi est instrumentalisé.
Accord sauf sur la fin: je ne crois pas que Sarkozy soit en mesure de prendre la place qui est la sienne. C'est triste de le constater mais il semble bien confirmer le propos selon lequel c'est "Chirac en pire". Paroles musclées et action décalée. C'est cela qui démotive les électeurs: le sentiment de se faire berner. Une fois de plus.On peut s'en remettre au principe de réalité et admettre que le pragmatisme impose plus de mesure une fois que l'on est au pouvoir mais cela ne passe plus quand le Monsieur nous a bassiné avec "je dis ce que je fais et je fais ce que je dis". Eh bien, non!
Trop de tortillements, une volonté affichée, des propos parfois imprudents mais avec effet en direction d'une partie de son électorat - pour rester " sexy" en quelque sorte- pour finalement laisser penser et déplorer qu' il n'a pas la capacité de ses paroles. C'est grave. D'autant plus dans un contexte mondial d'une grande complexité: il l'a toujours été, au fond, mais on est bien dans un passage où règne une grande confusion.
Regagner la confiance de ses électeurs ne sera possible qu'avec des actes. C'est la pierre de touche. La seule.

7. 15/08/2010 22:48 - Rictus

RictusMais ce journaleux, c'est quoi ? Il vit où ? Collabo ? Gros con ?
"Vous voulez de la Diversité ? Vous pensez que l'Autre nous enrichit ? Vous prônez l'Intégration ? Alors deux options sont possibles, deux seules : vous bossez objectivement pour l'éradication de la culture blanche, ou vous êtes un gros con à la tête farcie de guimauve doctrinaire."
La suite sur http://lesenfantsdelazonegrise.hautetfort.com/archive/2010/08/14/ils-ne-veulent-pas-ce-que-vous-avez-a-leur-offrir.html !!!

réagissez, commentez, publiez, vous êtes sur le ring



Veuillez saisir le code Anti-Robot, ce code sert à vérifier que vous n'êtes pas un Robot.