Sur le RING

Roms : les conséquences de l’impuissance de l’Etat

SURLERING.COM - FRANCE - par Xavier Raufer - le 03/10/2012 - 2 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Opéré sans douceur, le récent déménagement d’un campement de nomades par les résidents d’une cité marseillaise (pour beaucoup issus de l’immigration…) n’est peut être que le premier épisode d’accrochages plus violents encore, entre sédentaires exaspérés et « gens du voyage ».

 


A l’origine du coup de semonce, l’incapacité des instances politiques, européennes et françaises, mais aussi de nombre des médias, à réaliser les faits ci-après exposés ; de les occulter comme s’ils n’existaient pas ou étaient sans importance. Or ces faits sont cruciaux et les négliger ne peut qu’aggraver encore une situation déjà explosive.

1 - Tous les nomades en cause, Roms, Tsiganes, Gitans, etc. sont d’impeccables indo-européens et donc, sont chez eux en Europe - la seule différence entre eux et les européens sédentaires étant, justement, leur nomadisme, ou de hasardeuses implantations fixes ici ou là en Europe.

2 - En soi, le nomadisme est sans problème, pourvu qu’il s’opère dans des conditions réciproquement acceptables, hospitalité d’un côté, correction de l’autre. Cela dit, les frictions sont multiples et la vie nomade n’est pas toujours forcément facile au quotidien.

3 - La contribution de ces peuples nomades à la culture et l’art de l’Europe est importante. Quiconque a passé, comme l’auteur, de superbes soirées avec les Tinkers de Dublin, ou les Gitans du quartier de Triana, à Séville, éprouve pour eux affection et estime.

4 - Cela posé, ces peuples itinérants ou sédentarisés (estimées à quelque 12 millions de personnes en Europe) comprennent des clans dévoyés à l’incroyable exubérance criminelle, à l’échelle de tout le continent.

Une criminalité d’autant plus grave qu’elle s’exerce d’abord contre des personnes faibles et sans défense, d’abord sur les propres femmes et enfants de ces clans, de ceux des autres nomades (majoritaires) menant une vie honnête, ou des populations autochtones approchées lors de leurs voyages.

Insistons : il ne s’agit pas d’innocents chapardages de subsistance opérés ici ou là, mais d’une systématique et permanente criminalité proto-mafieuse, opérée avec férocité.

De la Finlande à l’Andalousie, de l’Irlande à la Roumanie, voici des faits documentés, ayant conduit à de sévères condamnations par les justices européennes : assassinats de « clients », ensuite dépouillés de leurs biens, par de jeunes prostitués (sans doute contraints) ; vols et cambriolages en série, opérées lors de véritables tournées planifiées ; proxénétisme et pratique de l’esclavage, de majeurs ou mineurs des deux sexes, par des « chefs de clans » et leurs femmes, avec répétitives « agressions sexuelles sur mineurs » ; vols à la tire en bande organisée par de pickpockets mineurs « la plupart issus de la communauté rom », sous les ordres, entre autres, du clan criminel Hamidovic, considéré par le justice de plusieurs pays européens comme une « organisation mafieuse ultra-structurée de type patriarcal » ; vols et trafic de métaux ; mendicité de mineurs (certains ont 6 ans !) en bande organisée ; escroqueries à la charité ; vols de fret sur les autoroutes ; ventes d’enfants (arrachés à leurs mères, dans le clan ou dans d’autres familles nomades) ; agressions sur personnes âgées aux distributeurs de billets ; règlement de comptes, parfois mortels, entre clans rivaux ; pratique intense du vol à main armée, visant notamment des bijouteries.
 
La violence est systématique : « actes de barbarie et viols en réunion sur mineurs », etc. Dans la banlieue de Londres en 2010, des policiers découvrent dans « des « taudis » où les « conditions d’hygiène sont épouvantables », « un enfant de 3 ans sévèrement battu et ensanglanté » et « une pré-adolescente de 12 ans, enceinte » (Romanian Times, Evening Standard, 13 et 15/10/2010).

En mai 2010, on interpelle à Bordeaux des nomades bulgares. Dans ce clan « une vingtaine de garçons étaient régulièrement prostitués par leurs parents ».

En mai 2011, la justice britannique condamne à 5 ans de prison Telus, D. 36 ans, pour avoir « infiltré 181 enfants en Grande Bretagne » ; ils sont maltraités, affamés, contraints à mendier et voler, frappés si nécessaire. Encore à l’actif du clan D., fraudes aux prestations sociales (1 million d’euros), blanchiment, port d’armes illégales, faux et usages de faux, etc.

La police britannique et les autorités roumaines montent une opération visant les fiefs de certains clans criminalisés et confisquent « des centaines de milliers de livres sterling de dollars et d’euros, des kilos de bijoux, des voitures volées, des faux documents et des dizaines d’armes de guerre ».

Qu’elles soient endogènes ou exogènes, ces pratiques gravement criminelles sont évidemment inacceptables au regard des plus élémentaires des droits humains.

Evidemment aussi, ces bandits font une réputation épouvantable à toute leur communauté, la première à souffrir des exactions d’abord, et du discrédit ensuite.

Le premier service à rendre à tous les nomades est bien sûr de prévenir, puis de punir le plus fermement possible, l’activité criminelle des éléments dévoyés de leurs communautés.

C’est comme cela qu’une cohabitation paisible pourra s’instaurer entre autochtones et nomades, désireux ou non de se sédentariser.

5 - Là est le dernier problème. La bienséance présente les choses ainsi : les nomades n’auraient qu’un rêve, se sédentariser, désir seulement contrarié par l’hostilité a priori de sédentaires xénophobes. Est-ce le cas ? C’est douteux. Maintes tentatives conduites avec sympathie dans des Etats-de droit européens, subventions et bonne volonté à l’appui, ont échoué ces dernières décennies. Pourquoi réussiraient-elles mieux maintenant ?

Quel problème y a-t-il d’ailleurs à ce que des nomades restent nomades ? Aucun - et d’autant moins que le nomadisme des nomades n’est pas le problème. Le problème, c’est le banditisme de certains d’entre eux.

Xavier Raufer
 



Toutes les réactions (2)

1. 06/10/2012 13:32 - Rosco

RoscoJ'apprécie généralement les analyses de Xavier Raufer, mais blâmer systématiquement un noyau dur criminel pour exonérer le reste d'une population n'est pas toujours conforme à la réalité. Certes, il y a des nomades plus criminels que d'autres, mais il n'en reste pas moins que le nomadisme en lui-même pose problème.

Il suffit de voir la façon dont se comportent les "gens du voyages" quand il s'installent quelque part : même si la criminalité n'est pas au rendez-vous, ils sont toujours à l'origine de troubles à l'ordre public et de bagarres, notamment lors des nombreuses fêtes de village l'été dans le sud-ouest. J'ai personnellement un ami employé municipal dans une ville des Landes qui m'a décrit l'état d'un terrain prêté par la mairie une fois que lesdits gens du voyage avaient levé le camp : ordures, branchements électriques sauvages, dégradations de toutes sortes. Et bien sûr, l'eau et l'électricité leur étaient fournis gratuitement - on se demande bien pourquoi, d'ailleurs.

Pour finir, je ne connais personne qui se réjouisse à la nouvelle qu'un camp de "gens du voyage" va s'installer en face de chez eux. Monsieur Raufer, n'oubliez pas qu'une population n'a pas besoin d'être criminelle au sens strict du terme pour se rendre insupportable à son entourage.

2. 19/12/2012 20:29 - alex

alexCet article contient une petite signature à son début: "les roms [...] sont d'impeccables indo-européens". Que n'eût dit Raufer d'eux s'ils n'étaient pas indo-européens...

Ring 2012
Xavier Raufer par Xavier Raufer

Criminologue à la réputation internationale, écrivain, éditorialiste, docteur en géopolitique, Professeur affilié à l'Edhec, membre du Centre for the Study of Terrorism and Political Violence, School of International Relations, University of Saint-Andrews, enseignant à l'Université Panthéon-Assas, Paris II, chargé de cours à l'Institut de criminologie de Paris, depuis 1987 (cours de méthodologie), au DESS Paris II/École des officiers de la Gendarmerie nationale/EOGN-Melun, et directeur des études et recherches du Département de recherche sur les menaces criminelles contemporaines (études, recherches, séminaires et cours sur la criminalité organisée transnationale). En République populaire de Chine (RPC), il est professeur associé à l'École supérieure de police criminelle de Chine (Shenyang, RPC), et directeur de recherches associé au Centre de recherche sur le terrorisme et le crime organisé, Université de Sciences politiques et de Droit (Beijing, RPC).

Dernière réaction

J'apprécie généralement les analyses de Xavier Raufer, mais blâmer systématiquement un noyau dur criminel pour exonérer le reste d'une population n'est pas toujours conforme à la réalité....

Rosco06/10/2012 13:32 Rosco
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique