Sur le RING

Périodes glauques et individus troubles : un grand classique

SURLERING.COM - FRANCE - par Xavier Raufer - le 22/11/2013 - 0 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

L'affaire Abdelhakim Dekhar commence. Elle promet d'être fertile en rebondissements, tant le suspect offre à l'expert l'apparence d'un kaléidoscope : mythomane, faux/vrai agent secret, pseudo autonome, trafiquant d'armes amateur et au détail. Le portrait même de l'individu manipulable, de l'agent provocateur. Mais pourquoi lui et pourquoi maintenant ? Tentons une réponse.



Dans la France de novembre 2013, le climat est délétère : de multiples catégories sociales y sont exaspérées ou inquiètes ; de couacs en reculades, la politique du gouvernement vacille entre amateurisme et confusion ; la criminalité - vols à main armée, cambriolages, violences aux personnes, etc. - augmente toujours et encore.

Or du XIXe siècle à aujourd'hui, de telles périodes d'instabilité politique ; de tels climats de nervosité sociale, voient régulièrement des individus troubles, provocateurs, mythomanes, illiminés, demi-fous, passer à l'acte.

    Marinus Van der Lubbe, l'incendiaire du Reichstag en février 1933, peu après l'assession au pouvoir des nationaux-socialistes : acte individuel d'un agité ? Provocation orchestrée par le parti communiste allemand dont Van der Lubbe fut membre ? Machination nazie permettant de promulguer ensuite des lois liberticides - qui s'imposeront de fait dans la foulée ? Mais au fond, que sait on vraiment de Van der Lubbe ? Voilà l'un de ces personnages insaisissables qui émergent dans les périodes chaotiques.
    Songeons aussi à Lee Harvey Oswald, l'assassin du président JF Kennedy, voici juste 50 ans. Là encore, le passé d'Oswald est assez trouble, sa psychologie assez chaotique pour que toutes les manipulations - donc toutes les hypothèses soient possibles, du KGB à la mafia en passant par l'élimination politique. De fait, des milliers de livres plus loin, Lee Harvey Oswald reste pour l'essentiel un mystère.
    Moins connu mais tout aussi fascinant, Giuseppe Zangara, qui tente en février 1933 d'assassiner le (nouveau) président Franklin Roosevelt, le rate mais tue le fort corrompu maire de Chicago ("Ten per cent Tony" Cermak), debout aux côtés du président. Zangara est-il simplement un petit voyou exalté ? Un fou isolé ? Un "soldat" de la Camorra napolitaine agissant sur ordre ? Et qui au fond voulait-il vraiment assassiner Roosevelt ou Cermak ? Aujourd'hui encore, la réponse à cette question n'est pas tranchée.

Dans la période présente, deux certitudes cependant :

    Toujours plus, la police, le renseignement, devront savoir détecter et surveiller des individus isolés et troublés, type Breivik ou Merah - et sans doute Dekhar. C'est une tâche redoutable et voici pourquoi. En France, l'appareil policier est une énorme et lourde machine. Une armée de plus de cent mille hommes. Vers la fin des années 1960, l'armée policière de l'époque entra dans un univers nouveau, où l'assassin, le voleur, n'étaient plus des individus isolés, mais appartenaient à des groupes : le terrorisme se commet à plusieurs, le crime organisé aussi. Or cinquante ans plus tard, l'armée policière doit redécouvrir la logique de l'acte individuel, celle de l'illuminé, du loup solitaire, du terrorisme par auto-combustion. Or la tâche n'est pas simple du fait de rigidités bureaucratiques et de la persistance de conceptions passéistes, surtout du côté du renseignement intérieur.

    Les périodes agitées doivent être abordées avec le plus grand sang-froid par tout ceux qui jouissent du pouvoir de dire ou d'agir publiquement. Pas d'affollement, pas de provocations verbales. Surtout ne pas jouer avec les allumettes. Or très peu avant que Dekhar n'ouvre le feu dans le hall de Libération, un éditorialiste de ce même quotidien, M. Pierre Marcelle, avait cru bon d'écrire ceci le 15 novembre 2013 :

        "Pour combattre la barbarie, on préfèrera décidément les méthodes des antifa, fussent ils extrémistes, que la saisine... [de la justice]".

    Certains dissertent et d'autres ensuite risquent d'agir. De tels propos, en ce moment, ne sont pas vraiment opportuns.

Xavier Raufer


Soyez le premier à réagir

Ring 2012
Xavier Raufer par Xavier Raufer

Criminologue à la réputation internationale, écrivain, éditorialiste, docteur en géopolitique, Professeur affilié à l'Edhec, membre du Centre for the Study of Terrorism and Political Violence, School of International Relations, University of Saint-Andrews, enseignant à l'Université Panthéon-Assas, Paris II, chargé de cours à l'Institut de criminologie de Paris, depuis 1987 (cours de méthodologie), au DESS Paris II/École des officiers de la Gendarmerie nationale/EOGN-Melun, et directeur des études et recherches du Département de recherche sur les menaces criminelles contemporaines (études, recherches, séminaires et cours sur la criminalité organisée transnationale). En République populaire de Chine (RPC), il est professeur associé à l'École supérieure de police criminelle de Chine (Shenyang, RPC), et directeur de recherches associé au Centre de recherche sur le terrorisme et le crime organisé, Université de Sciences politiques et de Droit (Beijing, RPC).

Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique