Sur le RING

Liga : L’hégémonie Real/Barca, une fatalité ?

SURLERING.COM - ADRENALINE - par Gwendal Plougastel - le 17/12/2010 - 1 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Difficile de parler du championnat espagnol sans directement évoquer le Real Madrid et le FC Barcelone. De par leur palmarès, leur effectif, leurs structures, leurs moyens financiers, ils sont les deux clubs phares du pays, et de loin. Depuis plusieurs années maintenant, ils écrasent la liga à tel point que leur mano a mano éclipse souvent les 18 autres équipes…  De nombreuses raisons ont contribué à aboutir à cet état de fait, qui n’est pas forcément une bonne chose pour l’Espagne. Car s’il est toujours appréciable d’avoir une vitrine clinquante, on ne peut pas occulter le reste de la boutique. Faut-il se résoudre à une Liga à deux vitesses ad vitam aeternam ?



Palmarès : le poids de l’Histoire

Quand on évoque des mastodontes footballistiques, les chiffres se suffisent souvent à eux-mêmes, et les mots sont alors dérisoires. Le Barca et le Real, c’est un peu plus d’un siècle d’existence, et un palmarès à faire tourner la tête : 31 championnats d’Espagne, 17 coupes d’Espagne et 9 ligues des champions pour l’équipe de la capitale, contre respectivement 20 liga, 25 coupes du Roi et 3 champion’s league pour le club catalan. A titre de comparaison, le 3ème club le plus titré est l’Athletico Madrid avec 9 championnats remportés. Même avec le poursuivant, le fossé est réel.

Années 2000 : tous derrière et eux devant

L’écart entre le duo Real/Barca et les autres semble s’être accéléré récemment. Ainsi, lors des 6 dernières saisons, seul Villareal, 2ème en 2008, empêcha les deux gros de finir aux deux premières places du championnat. La marge s’est même accrue de façon spectaculaire lors de l’exercice écoulé : Barcelone et Madrid terminèrent en effet la saison avec un nombre record de points engrangés, et avec respectivement 28 et 25 points d’avance sur le FC Valence, 3ème au classement final. Ce n’est plus un fossé, c’est un gouffre, c’est un puits, que dis-je, c’est une mine chilienne. On commence quand l’opération de sauvetage alors ?

Joueurs : Des hommes et deux dieux

Tous ces chiffres trouvent leur justification sur le terrain. Le Real et le Barca ont deux équipes qui regorgent de stars. Florentino Perez, président du Real, dont la politique des « galactiques » au début des années 2000 n’avait pas porté ses fruits, a remis le couvert en acquérant Cristiano Ronaldo, Benzema et Kaka dès son retour au pouvoir l’an passé. Quant à Barcelone, son image de marque réside principalement dans sa capacité à faire des jeunes pousses qui ornent son centre de formation, des joyaux accomplis quelques années plus tard (Puyol, Xavi, Iniesta, Messi...). De plus, les deux clubs sont actuellement portés par Ronaldo et Messi, les deux derniers ballons d’or, et deux des rares joueurs qui changent le cours d’une partie à leur seul bon vouloir.

Image : le rêve universel


Avec Manchester United, le Real et le Barca sont de loin deux des trois clubs les plus populaires de la planète. Plus que des équipes, ce sont des marques connues aux quatre coins du monde, à l’identité forte. Des marques qui font rêver les supporters…mais également les joueurs. Madrid et Barcelone sont un eldorado partagé par beaucoup de footballeurs. Ils représentent le club idéal, le summum d’une carrière, de par le palmarès et l’attractivité qu’ils dégagent (jeu à l’espagnole, cadre de vie agréable…et bien évidemment le salaire qui va avec).

Anciens : une ère de famille

Le Real Madrid et le FC Barcelone se caractérisent également par leur faculté à garder auprès d’eux les anciens joueurs ayant contribué à la gloire des clubs. Ainsi, à Barcelone, après avoir été l’entraîneur (1988-1996) d’une équipe à qui il avait inculqué sa philosophie de jeu du « football total », Johann Cruyff est à présent président d’honneur et surtout conseiller de Laporta. Ce qui lui permet de veiller à ce que le style de jeu Barca perdure dans le temps. A Madrid, alors qu’Alfredo Di Stefano fut également entraîneur puis conseiller, voilà que Zinedine Zidane se rapproche du terrain. Conseiller du président lui aussi jusque là, il souhaite être un lien entre l’équipe et les dirigeants, et pourrait intégrer le staff technique. Tous ces anciens donnent une valeur ajoutée au club par leur aura et leur savoir.

Finances : ils font sauter la banque

Le Real Madrid et le FC Barcelone sont les deux clubs les plus riches au monde à l’heure actuelle (respectivement 401,4 et 365,9 millions d’euros de revenus générés l’an passé). Outre la billetterie et les droits télés, cette manne financière énorme s’explique par le merchandising important, en particulier la vente des maillots à travers le monde. Et si le chiffre d’affaires est important, le déficit est néanmoins réel au niveau comptable pour les deux clubs, et les dettes s’accumulent, à force de baigner dans la folie des grandeurs (160 millions d’euros de dettes pour le Real). Mais pas d’inquiétude, il n’y a pas de DNCG en Espagne, et les banques se portent garantes jusqu’au bout. Deux poids, deux mesures ?

Adversaires : la chute des outsiders

L’enfer, c’est pas toujours les autres. Si le Real et le Barca sont parvenus à prendre le large avec une telle marge, c’est aussi parce qu’aucune équipe n’a su avoir les atouts suffisants pour les en empêcher. Au début des années 2000, Valence et La Corogne étaient sur une réelle pente ascendante, chacun ayant emporté un titre de champion d’Espagne, et Valence étant même deux fois d’affilée finaliste de la ligue des champions (2000, 2001). La Liga devint alors un vrai championnat à 4.  Mais cela ne fut qu’un feu de paille. Alors que la réussite de la Corogne était davantage l’apanage d’une génération exceptionnelle au sein d’un club qui n’est pas formaté pour jouer les tous premiers rôles, le FC Valence est retourné peu à peu à l’ombre, la faute à une gestion hasardeuse et à la fuite systématique des talents (comme en témoignent les départs de Villa et Silva cet été).

Jeu à l’espagnole : Tant qu’ils jouent, ils tendent la joue ?


Avec le fantastique doublé réussi par son équipe nationale (euro/mondial), l’Espagne est au faîte de sa gloire niveau football. Cela a enfin légitimé les caractéristiques de son jeu offensif, qui ne se limite pas seulement au style du Barca, mais qui trouve son écho aux quatre coins de la péninsule. Oui, en Liga, du 1er au 20ème, tout le monde joue sans exception, et est porté vers l’avant. Mais cette philosophie de jeu répandue comporte des risques majeurs. Les valises sont légion en Liga (au mois d’octobre, le Real a enchaîné deux 6-1 d’affilée à domicile), car même à l’extérieur, même menées, les équipes ne ferment jamais la boutique. Pour le plus grand plaisir des attaquants du Real et du Barca… Une approche tactique différente permettrait peut-être aux outsiders et aux « petits » de réussir davantage de coups lorsqu’ils affrontent les deux cadors, qui sont réputés pour jouer très haut et laisser des espaces dans leur dos.

Des raisons d’y croire, quand même


Suivre l’exemple européen


Les outsiders peuvent néanmoins allumer leur télévision les soirs européens pour trouver quelques raisons d’espérer. En effet, le Real et le Barca ne raflent pas la Ligue des champions tous les ans. Madrid s’est même fait sortir en huitième de finale de la compétition lors des 6 dernières éditions ! Cela signifie qu’à chaque fois le club a trouvé meilleur que lui sur sa route. Ou plus malin. L’an passé, l’Olympique lyonnais n’était pas plus fort que le Real. Il a simplement su attendre son heure au moment où l’adversaire baissa d’intensité pour le piquer tel un scorpion. Quant à l’Inter, elle a sorti Barcelone en mettant en place un plan anti-Messi, et en jouant réellement à 10 derrière au retour. Dans les deux cas, c’est la tactique qui l’emporta sur les talents. A bon entendeur…

Et l’UEFA, elle dit quoi ?

En voyant Michel Platini arriver à la présidence de l’UEFA, l’instance dirigeante du football européen, bon nombre de personnes ont espéré qu’une ère nouvelle soit arrivée. En clair : qu’une régulation économique voie réellement le jour au niveau continental, et que les clubs qui abusent des dettes (comme le Real et le Barca) soient sanctionnés, comme la DNCG le fait en France. Le projet n’a pas encore vu le jour, mais l’établissement à l’horizon 2015 d’un fair-play financier si Platini est réélu permettrait enfin de rendre équitables les règles du jeu, pour les clubs étrangers comme pour les clubs espagnols plus modestes.

Pour ceux qui veulent changer ce monde…


Toute compétition, quelle qu’elle soit, ne peut se satisfaire d’un fonctionnement à deux vitesses, surtout lorsqu’il s’agit de la 6ème vitesse d’un côté et la 2ème de l’autre. Il est donc souhaitable que 2 ou 3 autres clubs s’installent en haut sur la durée. Alors que les socios sont propriétaires du Real et du Barca, les autres clubs peuvent s’en remettre à l’arrivée d’investisseurs privés. Mais la crise qui ravage l’Espagne n’offre pas un contexte favorable. Dès lors, c’est par la cohérence du projet sportif que des clubs comme l’Athletico Madrid, Valence et le FC Séville pourront revenir à la hauteur des deux maîtres actuels. Et enfin s’acheter un château en Espagne.

Gwendal Plougastel 



Toutes les réactions (1)

1. 17/12/2010 09:15 - Alex

AlexJ'habite à Madrid et c'est casse-couilles ce championnat, barcelone et le real mettent cinq pions à tous les matchs à quasiment toutes les autres équipes, il n'y a pas de surprise, le championnat se joue au pire sur 2 matches, les deux classicos et au mieux sur 4-5 matches avec Valence, Séville et l'Atlético, c'est vraiment nul.

Ring 2012
Gwendal Plougastel par Gwendal Plougastel

Après avoir vécu 3 années à Dublin (mais pas en tant qu'exilé fiscal, lui !), Gwendal Plougastel est de retour à Rennes, dans sa Bretagne natale. Aficionado de sport, il collabore pour les...

Dernière réaction

J'habite à Madrid et c'est casse-couilles ce championnat, barcelone et le real mettent cinq pions à tous les matchs à quasiment toutes les autres équipes, il n'y a pas de surprise, le championnat...

Alex17/12/2010 09:15 Alex
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique