Sur le RING

Le "technicien dévoyé", figure criminelle émergente

SURLERING.COM - MURDER BALLADS - par Xavier Raufer - le 05/03/2012 - 1 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

Pendant une campagne présidentielle où la sécurité ne semble pas passionner les grands candidats, la vie criminelle continue son chemin. Ne l’oublions pas : pour un malfaiteur, le réalisme est une vitale obligation. Qu’il rêve, fantasme ou s’éloigne un seul instant de la réalité - et le voilà prisonnier ou assassiné. Ainsi, durant une campagne où l’on s’intéresse peu aux bandits, ceux-ci ont le loisir d’évoluer, en bons prédateurs qu’ils sont ; de s’adapter à la proie, au gibier.




Évolutions, donc, dans le monde des bandits - et même, sous nos yeux, la rare émergence d’une nouvelle figure criminelle. Dans le secret, loin des médias ? Pas du tout : des grands titres de quotidiens, les ouvertures de grands journaux télévisés évoquent souvent ce type criminel nouveau – qui, s’il est notoire, n’est pas pour autant pensé. On l’observe distraitement, en pointillé, par le petit bout de la lorgnette. Sitôt le scandale passé, on l’oublie - sans que nul, hormis les criminologues, ne se soucie de relier entre eux les épisodes isolés ni ne place ce phénomène dans son cadre large.

Pire : les médias et les politiques semblent négliger le fait crucial que cette figure criminelle émergente, celle du « technicien dévoyé », trône à l’intersection même de toutes les fragilités présentes : l’argent roi, le cyber-crime, l’hédonisme bourgeois-bohème, l’individu déboussolé au cœur de la foule solitaire. Et représente de ce fait un grave danger pour notre société dite « de l’information ». Tâchons de cerner ce « technicien dévoyé ». Dans sa version « haut de gamme », il s’agit le plus souvent d’un homme - flexible bien sûr, nomade et polyglotte. Beau CV, relations, il a fait des études longues et arrive dans l’entreprise avec de grandes ambitions. Mais bientôt, il s’y ennuie, y subit de petites humiliations au quotidien. Ses mérites, pense-t-il, ne sont pas reconnus.

Ses immenses journées de travail ont distendu ses liens avec ses amis et sa famille. Une maîtresse peut-être ou un amant, rencontré en hâte à l’hôtel. Souvent, il vit en déraciné, dans une anonyme résidence où nul ne connaît quiconque.
Banque, world company : il se voit bientôt comme l’écureuil en cage, tournant toujours plus vite - mais en fait, restant sur place. Or parmi tous ces cadres fragiles et désabusés, certains sont plus vulnérables. Techniquement bien formés mais émotifs et donc fragiles, leur capacité de résistance aux chocs est faible. Isolés, bousculés, ces individus à la dérive peuvent devenir des proies.
Ambition frustrée, dissolution d’un foyer, amours factices, échec sentimental, dépression, soucis financiers, mauvaises fréquentations, fascination pour les marginaux : au total, de quoi perdre ses repères moraux et sa loyauté, surtout si l’on se console dans l’alcool, la drogue - ou pire.

Ici, songeons à tout ce qu’un grand groupe, industriel, financier, etc. renferme, ou permet à l’inverse de dissimuler, de désirable (matériel ou immatériel) pour l’espion industriel, pour le recruteur d’une secte, le gangster ou le terroriste. Un grand groupe, c’est d’énormes capacités informatiques, d’importants flux financiers, des flottes de trains, de navires ou d’avions sillonnant la planète - souvent, des conteneurs par milliers.
Souvenons nous aussi que partout et toujours – l’auteur ne connaît pas d’exception durable à cette règle - le marché des plaisirs illicites est sous contrôle criminel. L’escorte d’un soir d’envie ? C’est eux. La ligne de coke de la petite fête ? Eux encore. La partie de poker dans un bar louche, pour l’adrénaline ? Eux toujours. Idem pour l’Internet illégal (pornographies déviantes, etc.). Avec en aval, grâce à ces méthodes éprouvées que sont la corruption, l’intimidation et le chantage (ici, à la drogue ou au sexe), des risques d’infiltration, de mise sous contrôle.

Retrouvons notre cadre à la dérive, prêt à la première aventure séduisante : fille aguicheuse ou joli garçon, drogue - mais surtout, et enfin, de vrais risques, de l’excitation dans une vie terne ; parfois aussi, un rôle de justicier. Tel est le type humain le plus manipulable pour un recruteur agressif, quel qu’il soit.

Ajoutons-y l’exaltation (naturelle ou artificielle) et la figure criminelle du « technicien dévoyé » prend toute sa densité. Jérôme Kerviel et son casino à 5 milliards - d’autres encore par la suite ; le cadre qui transmet au fisc français le fichier « de plusieurs milliers de noms » de sa banque genevoise ; « ses motivations sont de type messianique, dit alors le procureur Eric de Montgolfier, il considère qu’il a un rôle à jouer ».  Plus modestement, Tony Musulin, l’agent de sécurité qui s’enfuit avec le milliard en espèces qu’il doit convoyer.

Des cas anecdotiques ? Des individus isolés ? Non : l’avant-garde d’un phénomène qui se massifie sous nos yeux, par exemple dans le vol de véhicules, problème que la technique pensait avoir résolu. Car, nous dit récemment Le Figaro, les vols de voiture explosent, notamment en Région parisienne et dans le Midi. Mais les systèmes de démarrage inviolables ? Les codes sophistiqués ? Justement : une simple ligne Maginot pour qui jouit de complicités internes. Les serveurs des grandes marques automobiles sont bien sûr protégés, identifiants et mots de passe. Mais combien y accèdent au quotidien, d’employés désabusés, de garagistes au bord de la ruine, de hackers ? Il suffit alors de posséder le numéro d’identification d’un véhicule pour récupérer ses codes de serrures et de système de démarrage. Une clé à faire chez un serrurier complice et le véhicule s’évanouit alors en deux minutes, en douceur. Dans ces conditions, pourquoi agresser physiquement le conducteur et risquer la prison ? C’est ainsi qu’aujourd’hui, grâce aux techniciens dévoyés du monde automobile, on passe du « car jacking » au « car hacking ». En attendant que demain, toujours grâce à des « techniciens dévoyés », d’autres criminels n’infiltrent des systèmes informatiques plus stratégiques encore, pour s’y livrer au chantage ou au pillage.

Xavier Raufer



Toutes les réactions (1)

1. 08/03/2012 14:27 - Jujube

JujubeMonsieur Raufer, votre clairvoyance détonne au milieu d'un journalisme amorphe.
Deux petites questions : a-t-on des exemples récents de figures criminelles notoires ayant accompli des études poussées ? Quels réseaux criminels dans le monde comptent la plus grosse proportion de "techniciens" dans leurs rangs ?

Et puis pourquoi une photo de Pesci ??

Ring 2012
Xavier Raufer par Xavier Raufer

Criminologue à la réputation internationale, écrivain, éditorialiste, docteur en géopolitique, Professeur affilié à l'Edhec, membre du Centre for the Study of Terrorism and Political Violence, School of International Relations, University of Saint-Andrews, enseignant à l'Université Panthéon-Assas, Paris II, chargé de cours à l'Institut de criminologie de Paris, depuis 1987 (cours de méthodologie), au DESS Paris II/École des officiers de la Gendarmerie nationale/EOGN-Melun, et directeur des études et recherches du Département de recherche sur les menaces criminelles contemporaines (études, recherches, séminaires et cours sur la criminalité organisée transnationale). En République populaire de Chine (RPC), il est professeur associé à l'École supérieure de police criminelle de Chine (Shenyang, RPC), et directeur de recherches associé au Centre de recherche sur le terrorisme et le crime organisé, Université de Sciences politiques et de Droit (Beijing, RPC).

Dernière réaction

Monsieur Raufer, votre clairvoyance détonne au milieu d'un journalisme amorphe. Deux petites questions : a-t-on des exemples récents de figures criminelles notoires ayant accompli des études...

Jujube08/03/2012 14:27 Jujube
Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique