Sur le RING

Govou, un dernier club pour la route

SURLERING.COM - ADRENALINE - par Alexandre Ankarcrona - le 09/12/2010 - 0 réactions - Facebook Twitter Wikio print.jpg, 760B

A 31 ans, Sidney Govou a décliné les pétrodollars des pays du golf pour couler une préretraite tranquille dans l’Ouzo avec ses potes. La saison ou bien le verre de trop ?

 


Au sortir d’un été pourri, Sidney Govou a fini par quitter son club de toujours, l’Olympique Lyonnais où il avait pourtant tout connu, de la CFA au capitanat. C’était devenu une vieille rengaine, le tube de chaque été, Le Govou il s’en fout, au mois d’aout il met les bouts... Mais à chaque rentrée de Ligue 1 son Audi S3 retrouvait sa place au parking de Tola Vologe, (du moins tant qu’il avait le permis) faute de propositions de clubs du même calibre que l’OL.

Enfin ça c’était jusqu’à cet été, après une onzième saison au cours de laquelle son entraîneur Claude Puel lui a retiré le brassard. Faut dire que c’est pas vraiment le genre capitaine de soirée Govou. En décembre 2008 déjà il s’était fait contrôlé à 2,6 grammes en rentrant en voiture de l’anniversaire de Jean-Alain Boumsong. C’est alors que sa réputation de fêtard s’est répandue en France. Jusque là elle était cantonnée à la cité des Gones, en particulier parmi les habitués de la  boite de nuit le First dont il cirait les banquettes autant voir plus que le banc de l’OL. Depuis trois saisons il formait avec Sylvain Wiltord un duo qui hantait les surfaces de Ligue 1 mais aussi les dancefloors. Ces deux là étaient si complémentaires qu’on les avait surnommés Whisky Coca. Mais une fois son wingman partit, Govou a voulu noyer sa solitude et a augmenté les doses. Moins d’un an plus tard il était aperçu ivre mort à la sortie de l’open de tennis de Lyon. On connaissait enfin les secrets de ses dribbles chaloupés comme une démarche de fin de soirée. Il entrait définitivement dans la légende des ailiers leveurs de coude assis à la droite de Garrincha et de Georges Best.

Bizarrement, c’est au bout de cette onzième saison, l’une de ses moins réussiess, que Domech lui offrira enfin une place de titulaire sur le flanc droit de l’équipe de France pour le mondial.

A la cinquième minute du premier match contre Uruguay, Govou, ayant probablement déjà là tête à la saison des vendanges, rata l’immanquable, un éléphant rose dans un couloir. Ses deux compères d’attaque, Anelka et Ribery avaient du boycotter le briefing  technico tactique organisé par Govou à la buvette. Le début de la fin des espoirs de l’Equipe de France et de la carrière internationale de Govou. Restait à Sidney à trouver un club. Un temps on avait pensé à lui pour remplacer Giuly à Paris. Heureusement pour les supporteurs parisiens les prestations de Govou en Afrique du Sud firent dessouler les dirigeants du PSG.

Govou aurait alors pu comme trop d’autres joueurs aller ramasser quelques millions dans les stades climatisés du Quatar ou des Emirats Arabes Unis. Mais vous imaginez Sidney sous quarante degrés à l’ombre sans la moindre bière fraîche à l’horizon ? Il a donc préféré le « challenge sportif » que représentait le Panathinaïkos, comme ses potes Cissé et Boumsong. Agé de seulement 31 ans, Govou avait pourtant deux ou trois belles saisons devant lui, mais il a préféré coulé une préretraite tranquile dans l’ouzo. C’était sans compter sur la crise financière. Les dirigeants du Pana ayant découvert, la notion de retour sur investissement, ont moyennement apprécié de voir l’un de leur plus beaux actifs se déprécier à vue d’oeil dans les bars et fondre comme un glaçon dans un Cuba libre en plein cagnard. Après deux avertissement (à 25000 euros chacun), Govou risquait donc le licenciement pur et simple pour faute grave après avoir été pris le mois dernier et pour la troisième fois, à flamber au cours de la troisième mi-temps d’avantage que dans les deux premières. Sauf que Govou contrairement à beaucoup de mercenaires, aime le foot. Pas à la télé non. Il a d’ailleurs admis qu’il ne regardait presque aucun match (ben oui le samedi si il joue pas il a mieux à faire ! ). Mais sur le terrain oui. C’est pourquoi il a accepté de jouer pour des cacahuètes. Normal pour celui qui aime tant l’apéro.

«J'ai dit à mes dirigeants que j'étais capable de prendre le salaire minimum d'un footballeur en Grèce, plus les éventuelles primes. 1050 euros par mois. Sur les trois ans de contrat qu'il me reste. Je voulais montrer que je n'étais pas venu ici pour faire un braquage.»

Promesse d’ivrogne ? le temps nous le dira... et peut être plus vite que prévu. Mardi prochain c’est l’anniversaire de Boumsong... Ça se fête non !  

Ankarcrona Alexandre



Soyez le premier à réagir

Ring 2012
Alexandre Ankarcrona par Alexandre Ankarcrona

Chroniqueur pour les rubriques Adrenaline & Outremonde.

Tout sur
Articles les plus lus
  • Les excuses publiques de Causeur à David SerraLes excuses publiques de Causeur à David Serra

    Publié sur Causeur.fr le 11 décembre 2013, un an après le conflit entre l'auteur de Satellite Sisters et l'éditeur. Les éditions Ring annoncent à leur tour la fin du contentieux avec Maurice...

  • Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?Vous n'en avez pas marre du "Petit Grégory"© ?

      On en a tous assez de prendre connaissance dans les médias déchaînés des énièmes rebondissements de l'affaire... qui semble ne jamais vouloir se terminer. De loin, du Zimbabwe par exemple,...

  • Droit de réponse aux désinformations de Maurice DantecDroit de réponse aux désinformations de Maurice Dantec

    [ Addenda du 11 décembre 2013 :Les excuses publiques du Magazine Causeur à David Serra : http://www.causeur.fr/nos-excuses-a-david-serra-et-aux-editions-ring,25362David Serra et les éditions Ring...

  • Réflexions sur la tuerie antijuive de ToulouseRéflexions sur la tuerie antijuive de Toulouse

    (propos recueillis par Christophe Ono-dit-Biot) pour Le Point, 22 mars 2012, pp. 54-57 ; texte publié avec quelques coupes sous le titre : « Israël joue le rôle du diable ». Cet entretien a...

  • A l’école de l’antimodernitéA l’école de l’antimodernité

    Puisque nous sommes en début d’année, puisque cette année sera politique ô combien, puisque, on me permettra cette très vaniteuse remarque, ma troisième saison au Ring commence aujourd’hui,...

  • Le superbe top 50 des FrançaisLe superbe top 50 des Français

    Puisqu'on vous dit que vous les aimez. "TOP 50 : contre la crise, rire, métissage et proximité", voilà comment on nous présente le "sondage-événement" du JDD,...

  • Rachida Dati creuse son FillonRachida Dati creuse son Fillon

    Que le Premier ministre me pardonne ce jeu de mots sur son nom pour le titre de ce billet mais il est vrai qu'il convient de ramener à sa juste mesure la guerre que depuis quelque temps Rachida Dati...

  • Sécurité routière : l'arnaque extra-largeSécurité routière : l'arnaque extra-large

    Puisque dans ce domaine, la répression règne sans partage sur la prévention, sans que ça n'indigne personne, pas même Stéphane Hessel. Rééquilibrons les choses en faisant un peu de...

  • Poudlard for everPoudlard for ever

     A Raphaël Juldé, dernier arrivé à Poudlard mais premier reçu aux buses et aux aspics (maison Poufsouffle), et qui, d’après le professeur Trelawney rencontrera plus tôt qu’il ne le croit...

  • Rokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumainRokhaya Diallo, l’antiracisme à visage inhumain

    « Non seulement les races n’existent pas, mais en plus, elles sont toutes égales » (proverbe de Jalons)Je viens de finir Racisme : mode d’emploi de Rokhaya Diallo, et je sais désormais que je...

  • Séduction du conspirationnisme : Umberto EcoSéduction du conspirationnisme : Umberto Eco

    Entretien avec Pierre-André Taguieff (propos recueillis par Paul-François Paoli)Philosophe, politologue en historien des idées, Pierre-André Taguieff, qui prépare un nouveau livre sur les...

  • Faces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rockFaces Of Jesus : les figures et la parole du Christ dans le rock

    Foi profonde, révélation, référence culturelle inévitable, sujet de plaisanterie, de provocation, démarche commerciale, la figure, ou plutôt Les figures du Christ sont une source...

  • In Xto Rege : à la recherche du Jésus historiqueIn Xto Rege : à la recherche du Jésus historique

    Le premier thema Ring 2011 se déploiera sur neuf textes articulés autour des questions centrales posées par la matérialité de Jésus de Nazareth, la Passion, les reliques, leurs valeurs...

  • Le suaire de Manoppello révèle le visage du ChristLe suaire de Manoppello révèle le visage du Christ

    On connaît le linceul de Turin, ce grand morceau de lin sur lequel l’image du corps entier du Christ mort est incrustée. On connaît l’histoire de la photographie de 1898 révélant que...

  • Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?Y a-t-il un futur euthanasié par ici ?

    Le texte qui prévoyait de légaliser l'euthanasie, examiné mardi au sénat, a été supprimé par deux amendements. S'il y avait bien quelque chose à supprimer, c'était ce texte, n’importe...

  • Céline rattrapé par la mémoireCéline rattrapé par la mémoire

    Sors d'ici, Louis-Ferdinand ! La République a choisi : l'ignoble sera au dessus du grand, pour l'éternité. Il ne faut pas célébrer le génie, parce qu'il est parfois antisémite. Oui, Céline...

  • Chemins de traversChemins de travers

    « Voici un étrange monstre », aurait (re)dit Corneille. La pièce que nous donne à lire Ariane Chemin dans son article sur le souper Houellebecq-Sarkozy du 14 novembre, pour être somme toute...

  • "Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe.""Bertrand Cantat ne pouvait plus écrire la moindre strophe."

    Biographe de Bashung, chroniqueur historique des Inrockuptibles, l'écrivain Marc Besse est aussi l'un des rares spécialistes de Noir Désir. Proche du groupe, cet écorché vif ne pouvait rester...

  • Cantona : quand wall street veut casser la banqueCantona : quand wall street veut casser la banque

    Cantona, qui envisage désormais la lucarne de l'Elysée, avait créé la polémique en 2011 avec sa première tentative de "révolution". Retour, avec Laurent Obertone, sur le premier coup de poker...

  • Quelques traces de rouge à lèvres…Quelques traces de rouge à lèvres…

    Et si Alain Bashung avait trouvé dans l’art de la reprise, un sens pour sa propre musique ? Voilà la relecture de l’œuvre que propose « Osez Bashung », un double album compilatoire qui met...

  • Teresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent GallaireTeresa Cremisi nous répond sur l'affaire Florent Gallaire

    Ancien bras droit d'Antoine Gallimard, Teresa Cremisi est depuis 2005 PDG de Flammarion. Éditrice de Michel Houellebecq, la numéro 2 du groupe Corriere Della Sera répond aux questions soulevées...

  • Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"Les banlieues hallucinées de la "sociologie critique"

    Précisions : sur qui s’appuyer pour faire la révolution ?Comme dernier avatar après bien d’autres (on le verra plus bas), le bas clergé académique, tendance « sociologie critique », nous...

Offrez-vous La France orange mécanique